Text Size
27 May, 2017
SUIVRE L’ACTUALITÉ SUR FACEBOOK

Protégeons les oliviers !

La conférence

 

A Festa di l’Oliu Novu recevait, cette année, Joseph Bové,  professeur émérite de l'université de Bordeaux 2Enzo Manni, directeur de la coopérative oléicole de Racale dans les Pouilles (Italie) et Agnès Simonpietriconseillère territoriale. une conférence sur le thème de la Xylella Fastidiosa. 

Ce fut l’occasion de faire le point sur la situation actuelle, les symptômes, les modes de transmission et les moyens de lutte.

Les deux hommes se sont trouvé moulte connaissances communes. Et leur combat et le même : cette terrible maladie qui menace la végétation.

 Joseph Bové travaille depuis déjà 20 ans sur le sujet. En effet, si nous sommes aujourd’hui alerté, c’est que la maladie touche depuis 2010 la région des Pouilles, en Italie, mais celle-ci sévit déjà depuis fort longtemps, sur plusieurs continents.

Il nous a expliqué comment la bactérie, transmise par des insectes qui se nourrissent de la sève des plantes hôtes s’installe dans les vaisseaux du coeur des plantes et les font ainsi dépérir rapidement, les privant de la sève nourricière.

Après moultes études, ses travaux ont permis de cerner l’ennemis : il s’agit de la variété pauca de la bactérie xylella.

Elle aurait pu être importée du Costa Rica, pour envahir la région de Lecce en dans les Pouilles, en Italie. Elle serait donc le premier ennemie de nos oliviers, particulièrement désignés comme hôtes de cette bactérie. Mais les agrumes et les vignes pourraient potentiellement être infectés aussi, bien qu’en Italie, le foyer n’ai pas infecté encore ces plantes.

Il a largement décrit les insectes vecteurs, notamment la cercopes des près dont vous aurez tous rencontré les “crachats de coucous” sur la végétation locale. (voir photos ci-après). Ces insectes étant polyphages, ils se nourrissent de plusieurs variétés de plantes qu’ils peuvent contaminer. Cela explique la contamination rapide et complique les moyens de lutte par insecticide.

Nombreuses plantes-hôtes, dont certaines ne montrent pas de symptômes, peuvent franchir les frontières (même en ferry boat) et sont des sources d’inoculation insoupçonnées.

Nos oliviers, nos vignes et nos agrumes sont menacés, mais les travaux menés laissent espérer la possibilité de fabriquer un antiserum de la bactérie.

Enzo Manni, directeur de la coopérative oléicole de Racale dans les Pouilles (Italie)  avait fait le voyage pour exposer la gravité de l’attaque et les moyens déployés dans la région de Lecce et, au-delà, pour circonscrire la zone infectée. 

Ses photos comparatives des parcelles en 2008 puis en 2014 après infection parlaient d’elles-même. Il a expliqué comment un cordon sanitaire de 15km avait été mis en place pour limiter la zone exposée. Des mesures drastiques de taille ont été accomplies assorties de labourage des terres pour éliminer la bactérie.

Beaucoup de questions restent posées, beaucoup de moyens sont à mettre en oeuvre pour protéger la végétation de ce terrible fléau. Le premier d’entre-eux est d’informer pour prévenir. Et c’est bien la démarche d’A Festa di l’Oliu Novu.

Comme le public, FR3 a suivi la conférence de bout en bout, durant 3h30, pour relayer l’information d’importance qui s’y est partagée. Car beaucoup de questions très précises ont pu être abordées avec ces éminents spécialistes.

Agissons par la prévention pour sauver notre belle île de ce terrible fléau !

 

 

 

 

 

 

En résumé

Une alerte nationale a été lancée concernant la bactérie Xylella fastidiosa, bactérie nuisible sur de nombreux végétaux, notamment pour l’olivier. Aucun cas n’est actuellement connu en Corse et il importe que les symptômes soient connus de tous  afin d’épargner notre végétation. C’est pourquoi A Festa di l’oliu Novu a décidé de relayer cette alerte en organisant une conférence sur le sujet.

Situation actuelle

 Xylella fastidiosa est présente aux États-Unis et au Canada, en Amérique centrale et méridionale. En octobre 2013, des foyers ont été déclarés  dans le sud de l’Italie, dans la région des Pouilles où la maladie a déjà touché 8000 hectares d’oliveraie. Son introduction en Europe est donc avérée et il convient de prendre des mesures de protection pour protéger notre végétation.

Xylella fastidiosa est classée dans la catégorie 1 des dangers sanitaires fait parti des organisme nuisible règlementé de quarantaine dans l'Union européenne. 

 

Xylella fastidosia, c’est quoi ?

 

Xylella fastidiosa est une bactérie du tissus végétal. Elle compte parmi ses hôtes plus de 200 espèces végétales parmi lesquelles les oliviers, mais aussi les amandiers, les pêchers, les pruniers, les abricotiers, les vignes, les agrumes, les caféiers et  le tournesol ainsi que sur le chêne et l'orme.  

Mode de transmission

La contamination des plantes et la dispersion de la maladie se fait principalement via les insectes vecteurs piqueurs-suceurs se nourrissant de la sève du xylème. Il s’agit principalement des insectes du groupes des citadelles et des cercopes.

Ce sont de petits insectes sauteurs, mesurant habituellement moins de 1 cm, de couleur brune, parfois verte. Leur corps  est de forme plus ou moins ovale. Ils produisent une housse blanche sur les végétaux.

Philaenus spumarius (Cercope des prés) 
 Neophilaenus campestris  Écume de l’écope des près

 Moyens de lutte

Il n’existe pas de moyen de lutte curative contre cette bactérie hormis l’arrachage et la destruction des plantes contaminées et des insectes vecteurs.


En cas de suspicion de cette maladie, veuillez contacter :

  • la FREDON Corse au 04.95.26.68.81
  • ou la DDCSPP, service Protection Animale et végétale: pour la Haute-Corse :  04.95.58.50.50 ; pour la Corse du Sud : 04.95.50.39.40. ou 04.95.50.50.17

Pour en savoir plus, liens utiles :

 

Partager