Text Size
21 Jul, 2017
Nous suivre sur Facebook

Mise en place des premières actions du pôle culturel de l’Alta Rocca

Le mercredi 29 mars 2017, c’est l’église paroissiale de Ste Lucie de Tallano qui recevait les participants aux groupes de travail pour la programmation des activités socioculturelles envisagées. Certaines activités pourraient se mettre en place très vite, avant même la livraison des locaux du Couvent.

Arts visuels et photo

Raphaël d’Ortoli, chargé de coordonner les actions avec les acteurs du territoire, a décrit le matériel d’exposition envisagé. Jules Bartoli s’est fait préciser que le matériel pourrait être utilisé en extérieur comme à l’intérieur. Un entrepôt est prévu pour le stockage en dehors des expositions et des cimaises permanentes sont prévues. Marie-Ange Lanfranchi, responsable du pôle “Vie Locale et Action territoriale” a souligné l’importance de cette activité facilement abordable par chacun, et véritable fil conducteur qui pourra témoigner de l’ensemble des actions du pôle culturel.

Il faudra aussi envisager le matériel nécessaire au volet sensibilisation à la pratique de la photo. La médiathèque ayant pour but aussi de fournir un véritable pôle de ressources aux diverses activités. En attendant les locaux du Couvent, les locaux scolaires de Ste Lucie de Tallano pourraient recevoir des expositions et activités. Afin de développer les activités avant même l’ouverture du pôle culturel, des contacts ont été pris avec les professeurs et les élèves du lycée Clémenceau de Sartène. Une collaboration intergénérationnelle particulièrement constructive, prévue aussi avec le collège de Levie, qui devrait permettre d’ouvrir des horizons nouveaux aux adolescents et leur faire découvrir les débouchés de métiers passionnants.

Sculpture

Les premiers contacts ont été pris afin de connaître les différentes techniques existantes et innovantes auprès des acteurs du territoire et envisager les besoins logistiques qui en découlent. C’est ainsi que Raphaël d’Ortoli a rencontré Mariko, (Florence Combescure) en son atelier d’Ajaccio. Son art nécessite des infrastructures inenvisageables en termes de coût et de surface nécessaire pour accueillir un four comme le sien, mais une liste a été dressée de des pratiques sculpturales qui ne nécessitent pas de cuisson. Le Fablab (laboratoire de fabrication) d’Ajaccio a présenté les activités de son atelier qui offre au public des outils de fabrication numérique qui permettent au public de concevoir sur place leur projet et les mener à bien sûr les machines mises à leur disposition. Si une telle infrastructure est trop onéreuse pour le projet de pôle culturel, l’idée d’un poste informatique avec une imprimante 3D pour la conceptualisation et la fabrication de petits objets pourrait être envisageable. Les représentants du FabLab pourraient animer une conférence sur le sujet ou recevoir les visiteurs en leurs locaux.

Françoise Chiaverini-Calvia a précisé que des sculpteurs locaux comme Stéphane Deguilhem et Antoine de Peretti sont prêts à s’investir dans la démarche.

À la présentation d’enseignements techniques pourraient s’ajouter des modules sur l’histoire de l’art par des cycles de conférences. Par exemple il est prévu de retransmettre les photos des Biennales de Quenza, à partir de septembre. 

Peinture

Là aussi des contacts sont en cours avec des artistes locaux et la section arts plastique de Sartène. Il faut envisager le matériel nécessaire aux expositions et celui pour l’initiation et la pratique. Des conférences sur l’histoire de l’art pourraient être organisées.

Sport et bien-être

Il existe déjà des activités sportives en Alta Rocca. Il s’agit de proposer une offre complémentaire en intérieur ou ne nécessitant pas d’infrastructure spécifique. Une journée découverte qui pourrait se tenir en mai ou juin aborderait le yoga, la nutrition par exemple, la marche entre aussi dans le cadre des activités possibles.

Odile Hay s’est chargée des premiers contacts. Le CNJC (Centre du Sport et de la Jeunessse Corse) pourrait programmer une journée nutrition et agriculture qui s’inscrirait dans une logique de développement durable. Marc Stromboni précise que la nutritionniste intervient à l’école de Tallano pourrait s’inscrire dans la démarche. Les éditions Médiaterre pourraient présenter l’ouvrage qu’ils viennent de sortir. En complément de la démarche de valorisation du patrimoine par les sentiers du village, un parcours santé ludique à visée d’initiation pourrait proposer des activités familiales.

Mme Giafferi propose aussi la danse folklorique.

Jeux et ludothèque

Il s’agit de proposer des jeux de garde, en faveur de tout public. La ludothèque proposerait des ateliers, des contacts sont pris il faudrait constituer aussi le propre fond du pôle culturel. Dans l’immédiat, M. Giafferi propose un atelier bridge, qui pourrait se constituer rapidement dans les locaux de l’école par le biais d’une convention, et proposerait une initiation, voire selon la demande, l’organisation de parties avec un public initié. Les séances de 2 heures se dérouleraient le vendredi vers 18 heures. Un avis sera diffusé. De la même manière des demandes font jour pour la pratique du tarot.

Loisirs créatifs

Il s’agit des activités de tricot, couture, d’art-thérapie, confection de tapis, de bijoux… Une démo d’atelier olfactif pourrait être organisée.

Des initiations de langue corse et de langue anglaise pourraient être proposées aussi. Pour le corse, des modules de 2 heures sur 9 mois seraient organisés en deux groupes, pour les débutants d’une part et pour les chevronnés d’autre part. Pour l’anglais, une initiation avec les fondamentaux à acquérir et des cours de conversation en anglais pour les plus aguerris. Une démarche auprès des seniors, tenue par la Communauté de communes de l’Alta Rocca avait reçu un bon accueil en octobre dernier. Il faudrait diffuser un questionnaire pour déterminer la demande et trouver un local avec une connexion internet.

Activité médiathèque

Lionel Giacomini, directeur de la Bibliothèque départementale de prêt, indique qu’il s’agit de renforcer ce qui est sur le territoire, comme les initiatives de Levie auprès des adultes ou de Zoza auprès des jeunes. Il faut mettre en place une action conjointement avec la communauté de communes qui pourrait se charger de la gestion de l’agenda.

Des projections publiques pourraient être proposées. C’est une activité très populaire qui nécessite une étude des normes en matière de projection publique et du versement de droits de reproduction que cela suppose. Des contacts ont été pris pour étudier des partenariats notamment avec Via Stella et la cinémathèque de Corse. Une étude est en cours aussi pour 6 à 12 projections par an sur la Corse du Sud. Jacky Liautaud (Arte Rocca) a indiqué être actuellement à l’étude d’une démarche de projection cinématographique qui pourrait s’inscrire dans la démarche.

Le réseau Canopé développe une application avec une offre numérique pertinente à destination des ados.

Laurence Ceccini propose ses services d’écrivain public.

Pour les actions de théâtre et spectacle il faut aussi organiser l’agenda général afin de ne pas concurrencer ce qui se fait déjà.

Patrimoine et savoir-faire

Il s’agit de lier des générations et de recréer du lien social. Le sentier du Couvent à la vieille ville pourrait être mis en valeur. C’est ainsi que Raphaël d’Ortoli et Julia Pedinielli se sont rapprochés des élèves de l’école pour envisager la création des panneaux de signalétique à partir de la vision partculière vision qu’ont les enfants. Au fil du sentier le parcours permettrai de raconter l’histoire du village et de son patrimoine, de découvrir la faune et la flore locale comme les chênes et les oliviers, l’esthétique de la vallée comme les jardins en terrasses…

Tout en recueillant les réflexions des enfants cela permettrait de les sensibiliser à l’écologie et au patrimoine et de leur ouvrir les horizons de métiers d’avenir autour d’une offre touristique de qualité sur le village.

La Communauté de communes est partie prenante

La Communauté de communes de l’Alta Rocca, dans le cadre de l’élaboration de son projet de territoire, a pour ambition de placer la culture au cœur de celui-ci. C’est donc avec intérêt que les élus ont décidé de s’associer au projet de la médiathèque porté par le Conseil départemental, afin d’offrir la même offre culturelle à tous les habitants. De cette ambition est née également l’idée de replacer l’Histoire de Rinuccio della Rocca au centre de la promotion touristique du territoire. Pour ce faire, la CCAR a missionné Dominique Lanzalavi, historien journaliste, pour conceptualiser le projet. Il reste disponible au 06 88 07 45 22 ou par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour toute information complémentaire ou utile à ce projet.

TÉLÉCHARGER LE COMPTE RENDU

Partager